Du community management externalisé

Nous vous proposons de braquer le projecteur sur un rôle crucial dans la communication d’une marque : le community manager ! Pourquoi est-il important de penser à l’externaliser et dans quels cas ?

Essentiel et méconnu, le rôle d’un community manager touche à plusieurs directions. Il devrait être fini le temps où le jeune, dernier arrivé dans l’entreprise, était investi de ces missions d’animateur de communautés multi-casquettes. Il devrait être terminé le temps où le CM était intégré en bout de chaine des projets et considéré comme le geek de la dircom !

Prenons un instant pour agrandir la focale sur ce métier de Community manager. Que fait-il ? Quel est son profil ? Comment le fait-il ?


Les 16 facettes de ce métier finalement méconnu

  1. Il doit maîtriser un certain nombre de métiers car le CM réunit une palette importante de compétences : rédaction, technique, graphisme, animation de communautés voire manager quand il encadre une équipe.
  2. Il doit comprendre les subtilités de la communication, des éléments de langage, d’une charte graphique.
  3. Il doit savoir rédiger des accroches, des articles, des interviews, des mémos, des reportings…
  4. Il doit être irréprochable dans son orthographe, la syntaxe, la grammaire, le vocabulaire de l’entreprise…
  5. Il doit savoir s’immerger rapidement dans un certain nombre de sujets, tous plus variés les uns que les autres.
  6. Il doit être créatif et toujours trouver la tonalité et le bon message qui correspond à la bonne cible.
  7. Il doit maîtriser la technique d’un CMS, d’un gestionnaire de publicités, d’un logiciel de retouche d’images, d’un outil de mise en page, les indicateurs donnés par les réseaux sociaux, les logiciels d’envoi de newsletters…
  8. Il doit toujours être en veille pour comprendre les évolutions des différents réseaux, pour anticiper à la place de ses clients les changements à opérer, pour alimenter sa créativité…
  9. Il doit être pédagogue pour toujours expliquer ce qui change, ce qui doit s’expérimenter, ce qui est la tendance
  10. Il doit suivre les influenceurs, les sites spécialisés, les sites de techniciens fous.
  11. Il doit se former en permanence : l’expertise doit évoluer en même temps que les outils et les tendances.
  12. Il doit être organisé pour ne pas se perdre dans les demandes, les éléments reçus, les nombreux contacts.
  13. Il doit avoir l’esprit de synthèse : les calendriers conversationnels, les hashtags, les reportings sont ses amis.
  14. Il doit savoir maîtriser son temps pour enchainer les « tunnels d’écriture », la lecture, la veille, les réunions avec les clients.
  15. Il doit percuter rapidement pour anticiper des besoins et des demandes qui ne sont pas forcément exprimées.
  16. Il doit savoir ce qu’est le SEO.


Les 7 raisons d’externaliser son community management

L’externalisation de son community management est alors parfois la solution

  1. Pour éviter le syndrome du « je peux tout faire » : le CM bien souvent en interne a du mal à installer des frontières entre les différentes demandes reçues. Il occupe la plupart du temps d’autres fonctions dans l’entreprise et doit faire preuve de beaucoup de pédagogie pour rappeler que « non, un post ne prend pas 2 secondes » ou que « non, le CM ce n’est pas simplement être sur les réseaux toute la journée« …
  2. Pour pallier une absence de plusieurs semaines.
  3. Pour disposer d’un renfort durant des moments de tempête.
  4. Pour avoir un conseil extérieur.
  5. Pour dimensionner une prise de parole à sa juste mesure.
  6. Pour mettre à niveau et encadrer des collaborateurs en interne.
  7. Pour animer une communauté de marque : le CM externe n’incarnera pas la marque et ses produits mais animera une communauté à force de contenus, de rebonds et de créativité. La différence est importante lorsque le collaborateur CM en vient à quitter l’entreprise, son réseau et ses communautés avec lui…

Après tout, une entreprise sait externaliser ses conseils juridiques ou comptables et fait appel régulièrement à des compétences ponctuellement sur des projets.



Le community management dans l’Ecosphère Aggelos

Chez Triple C, engagée dans l’Ecosphère Aggelos, les équipes accompagnent plus de 150 événements par an dans la mise en oeuvre d’une stratégie de community management dite « offensive » puisque centrée sur un moment fort de communication et déployée la plupart du temps sur tous les réseaux possibles mis à disposition par les organisateurs de l’événement.

Nous ne le redirons jamais assez : « l’événement est une mine d’or pour créer un contenu qui sera exclusif et unique et qui répondra ainsi aux exigences d’un bon référencement et des algorithmes sociaux. L’événement est donc un axe majeur dans une stratégie de Community management car il peut alimenter tous les réseaux, animer les communautés, valoriser l’interne et l’externe avec dynamisme ».

Mais au-delà de la transformation des événements à travers des dispositifs d’événements augmentés, les experts du contenu et de la parole digitale de l’Ecosphère accompagnent également certains de nos clients dans le déploiement d’un community management au long cours : pendant plusieurs mois voire toute l’année.


C’est ainsi que les équipes déploient une relation durable avec

L’externalisation peut être une bonne affaire pour une entreprise. Elle peut aider à éviter les erreurs, mobiliser autrement les forces intégrées dans une direction de la communication. Nous sommes à vos côtés pour réfléchir au meilleur des dispositifs, celui qui répondra parfaitement à vos exigences.

Votre contact : Eloi CHOPLIN – echoplin(@)triple-c.fr

Vous avez un projet à nous faire connaître?

Oui, je veux en parler